Lettre aux Boulonnais - Mai 2021

Chère Boulonnaise, cher Boulonnais,

Lors des élections municipales de mars 2020, vous avez porté la liste que je conduisais en deuxième position.

Notre équipe élue au sein du conseil municipal rassemble des Boulonnais issus de la société civile qui s’inscrivent dans une logique constructive. Nous avons voté en faveur de plus de 80% des délibérations présentées au conseil municipal et qui relevaient de la gestion des affaires courantes de la ville. Nous refusons d’entrer dans les polémiques stériles et nous justifions toujours nos choix.

Nous agissons pour vous, avec détermination et efficacité. Dès le début de la crise sanitaire, nous avons proposé au maire des dispositifs d’aides pour gérer au mieux cette situation exceptionnelle. La majorité de nos propositions a été reprise : organisation de collectes alimentaires pour les plus fragiles, extension du service de portage de repas à domicile, plateforme de soutien aux artisans, aux commerçants et aux restaurateurs boulonnais.

Aujourd’hui, vos impôts restent la première source de recettes du budget municipal. Or, dans le contexte de baisse des financements de l’État, qui s’accentuera à cause du remboursement de la dette covid, notre marge de manœuvre budgétaire se restreint. Face à la concurrence accrue de villes moins denses et plus accessibles à la propriété, nous proposons de repenser l’investissement public pour préserver notre stabilité fiscale.

La majorité actuelle prépare des projets sans aucune perspective de rentabilité ni d’amélioration de la qualité de vie dans notre ville. Je pense notamment à :

- La gabegie financière depuis le rachat, avec vos impôts, de l’équipe de basket de Levallois-Perret, qui coûte 2,5 millions d’euros d’argent public par an. Le futur stade surdimensionné de 5 000 places, bloc de 10 étages au cœur de notre ville, coûtera 72 millions d’euros hors déficit annuel de fonctionnement ;

- La disparition du Théâtre de l’Ouest Parisien, lieu de vie et de culture à Boulogne-Billancourt, pour le transformer en un centre numérique sans âme (le théâtre a été fermé en 2015, le budget économisé servant à subventionner l’équipe de basket de Levallois-Perret) ;

- La gestion désastreuse de l’Ile Seguin avec un entêtement de la municipalité à construire un quartier de 130 000m2 de bureaux, alors que nous devrions bâtir une île familiale, culturelle et sportive. Depuis 2008, tous les projets du maire ont échoué : nous en sommes au 6ème repreneur en seulement 13 ans !

- Le projet soudain et brutal d’une nouvelle sortie de l’autoroute A13 rue de l’Abreuvoir, couplé à l’installation du centre technique municipal dans la même rue, génèrera de multiples nuisances pour le nord de la ville (bruit, pollutions, risques routiers, insécurité) ;

- L’improvisation de pistes cyclables, route de la Reine et sur les quais de Seine, qui sont apparues du jour au lendemain, avec des parcours dangereux pour tous les usagers (cyclistes, piétons et automobilistes) ;

- Les promesses électorales non tenues qui entraînent une dégradation des bâtiments publics : le commissariat de police, les marchés Billancourt et Escudier, les gymnases COSEC, Souriau et Couchot, le Château Rothschild toujours à l’abandon, ...

Face à ces projets qui peuvent encore être modifiés ou annulés, nous proposons des alternatives crédibles (voir ci-dessous).

Pour préserver demain, j’ai besoin de vous !




Lettre Antoine de Jerphanion - Mai 2021
Download • 637KB