Conseil municipal du 17/12/20 : compte-rendu

Les principaux points à retenir :

- Il s'agissait du cinquième conseil municipal du mandat.

- 33 délibérations étaient inscrites à l'ordre du jour dont une très grande majorité portait sur des affaires courantes.


- Le fonds pour la culture présenté par la majorité n'a rien d'exceptionnel, les mesures prévues sont réalisées quotidiennement par toutes les grandes mairies de France ! Vous retrouverez mon intervention, dans laquelle je présente mes propositions, au bas de cet article.


- Notre proposition de voter l'exonération des taxes sur toutes les terrasses des restaurants et commerces de Boulogne-Billancourt pendant un an a encore été refusée ! La mairie préfère un système bureaucratique qui n'offre aucune visibilité aux commerçants et aux restaurateurs. Vous retrouverez mon intervention au bas de cet article.


- Nous avons demandé de pouvoir consulter l'organigramme fonctionnel de la mairie et connaitre la répartition des agents dans les directions. Le maire et son adjointe chargée du personnel communal ont refusé !


- Enfin, avec les élus de mon groupe, nous étions les seuls à rendre hommage à deux grands Boulonnais qui nous ont quittés récemment : Christophe Dominici et Gérard Houllier. Ni le maire ni son adjointe chargée des sports, n'ont prononcé un mot pour eux. Indigne.


Pour découvrir les autres délibérations,

vous pouvez télécharger l'ordre du jour ici :

ODJ_CM_01102020-Antoine de Jerphanion Bo
.
Download • 223KB

Mon intervention sur le fonds culture :

"Si l’on regarde le détail des actions prévues, très franchement je ne vois pas le caractère exceptionnel.

Ce sont des actions que la Ville devrait faire non seulement depuis longtemps, mais aussi en temps ordinaire, au-delà de la crise sanitaire et économique.


Je voudrais donc vous faire part de deux pistes, qui elles, pourraient en revanche revêtir un caractère exceptionnel.

La première serait de repenser la réouverture du théâtre de l’Ouest parisien de Boulogne-Billancourt, que vous avez fermé en 2015.

Ce qui serait si exceptionnel et si nécessaire serait de retrouver une scène théâtrale digne de notre ville, avec la possibilité pour les artistes locaux d’exprimer leurs talents dans des lieux remarquables.


Enfin, ce qui serait si exceptionnel et si nécessaire, Monsieur le Maire, mes chers collègues, serait de faire enfin le pari de la culture, avec une politique culturelle qui se construirait dans le temps et avec des objectifs clairs et ambitieux, tout en impliquant l’ensemble des acteurs, qu’ils soient publics ou privés.


Donc ces effets d’annonce à courte vue et électoraliste n’ont pas beaucoup d’intérêt. Je regrette d’ailleurs que vous ayez annoncé triomphalement cette modeste mesure dans le BBI, alors que vous n’avez pas écrit une seule ligne sur la subvention pharaonique que vous avez votée le 1er octobre dernier pour l’équipe de basket-ball de Levallois-Perret.

Nous allons malgré tout voter, une fois encore, cette délibération, en regrettant votre manque d’ambition pour notre ville – qui, je le rappelle, est la première ville d’Ile-de-France après Paris –, et en nous disant « c’est mieux que rien ! ».




Mon intervention sur les mesures d'aides aux commerçants et restaurateurs Boulonnais pour faire face à la crise économique :


"Nous devons sortir de cette précision démocratique, qui consiste à dire à nos commerçants et à nos restaurateurs qu’ils ne paieront rien entre telle et telle date, mais qu’ils paieront entre celle-ci et celle-là alors que leur chiffre d’affaires est en forte baisse.

Cette délibération rappelle en effet cette classification bureaucratique et administrative, entre les commerces essentiels et les commerces non essentiels.


Je rappelle que nous traversons une crise économique qui va s’intensifier dans les prochains mois, et qui laissera beaucoup de nos concitoyens et d’entrepreneurs sur le carreau. En temps de crise, les pouvoirs publics doivent prendre les décisions qui s’imposent pour sauver l’activité économique et assurer les recettes fiscales futures.


Il est donc enfin temps de faire le tri entre les dépenses publiques essentielles, comme l’exonération de cette redevance pendant un an que nous vous avons proposée lors du Conseil municipal du 1er octobre dernier et que vous avez refusée, et les dépenses publiques non essentielles, comme cette subvention de plus d’un million d’euros à l’équipe de basket-ball de Levallois-Perret et la construction de son stade de plusieurs dizaines de millions d’euros.


Gouverner, c’est choisir, rappelait Pierre Mendes-France. Nous choisissons pour notre part le soutien aux entreprises et aux commerces durement atteints, afin de préserver la qualité de vie de nos quartiers et assurer la pérennité des recettes fiscales, et non servir des intérêts étrangers aux Boulonnais, qu’ils payent déjà très chers avec leurs impôts.




Mon intervention sur le projet de stade de Basket à 72 millions d'euros et de soutien à l'équipe de Levallois pour plus de 2 millions d'euros par an


Puisque je vais parler de sport, j’aimerais juste avoir une pensée émue pour Gérard HOULLIER et Christophe DOMINICI, deux Boulonnais qui nous ont quittés depuis le dernier Conseil municipal. Je pense en effet qu’il est important d’avoir une pensée pour eux et pour leurs proches en ce dernier Conseil de l’année.



Cette délibération n’est pour nous ni faite ni à faire, tout simplement parce que vous n’avez pas été élu pour cela.


PREMIÈREMENT : PROMESSE NON TENUE

Vous n’avez pas été capable de tenir votre promesse validée par les Boulonnais de construire un Palais omnisport sur l’ile Seguin. Et pourtant, vous vous réjouissez d’avoir eu recours à un juge administratif pour faire adopter un autre projet, qui, visiblement ne rassemble toujours pas les Boulonnais.


J’ai d’ailleurs sur ma table – et je les tiens à votre disposition –, vos promesses électorales de mars 2020, et vous n’y assumez même pas la construction de ce stade en plein cœur de ville. C’est écrit noir sur blanc.


</